Person­na­lité-argent – Réca­pi­tu­la­tif

Quatre approches avec le même objet, 4 « doigts » pour une seule « lune », la person­na­lité face à l’argent. L’éta­blis­se­ment de ce réca­pi­tu­la­tif m’a permis de signer correc­te­ment certaines des duali­tés de ce monde enclos. Tout ici est en ordre.

J’ignore la génèse de ces quatre approches, aucune d’entre elle ne se référe à une autre étude, mais l’ho­mo­gé­néité des équa­tions me donne à penser qu’il y en a une. La première approche m’a semblé la mieux faite, même s’il lui manque une vraie typo­lo­gie, ses traits semblent solides et ses portraits adéquats.

1 : Les 4 types de person­na­lité dans la rela­tion éner­gie-argent
2 : Finan­cial Wisdom, Your Perso­na­lity at Work
3 : Leader­ship and your money perso­na­lity
4 : Your Money Perso­na­lity

Les traits alpha fonc­tionnent tous bien et sont cohé­rents entre eux. 1 et 4 sont syno­nymes et 2 et 3 s’éclairent l’un l’autre.

Traits alpha 1, 2, 3 et 4

Finan­cier Gains élevés
Moné­taire Gains faibles
Risque Tréso­re­rie
Prudence Valeur nette

Les traits bêta 1 et 2 sont cohé­rents, la propo­si­tion du 3 se base sur une dualité célèbre, qui semble fonc­tion­ner. Mais j’ignore encore si tactique/stra­té­gie est correcte en tant que trait bêta. Le trait 4 nous rappelle le trait gamma et donc semble déplacé.

Traits bêta 1, 2, 3 et 4

Donneur Dépen­sier
Preneur Econome
Stra­té­gique Proac­tif
Tactique Réac­tif

Je conserve la typo­lo­gie 1 parce qu’elle est assez parlante malgré diffé­rents défauts. La seconde typo­lo­gie est inté­res­sante, même si elle est peu homo­gène ; c’est le moine de l’argent qui me parait un peu mal nommé.

Typo­lo­gies 1 et 4

Disci­pline Moine
« cheap » Gagneur
Géné­ro­sité Contem­pla­tif
Indis­ci­pline Compli­ca­teur
Roi
Guer­rier
Poète
Magi­cien

Selon les quatre approches les traits sont parfai­te­ment inté­grés et compa­tibles avec nos habi­tudes. le trait alpha est le plus clair, le bêta l’est un peu moins. Les typo­lo­gies sont pauvres et ne sont pas expli­ci­te­ment reliées à d’autres choses. Elle rencontrent toutes sans équi­voque le schéma quater­naire aris­to­té­li­cien. Si je n’ai pas retenu pour ce réca­pi­ti­la­tif les typo­lo­gies 2 et 3, c’est parce que leurs appel­la­tions sont un peu trop baclées pour mon goût.

Les 4 approches ont en commun un isola­tion­nisme/protec­tion­nisme des termes. Pour les cas 2, 3 et 4 c’est dû à la logique marchande, l’étude a été vivi­ble­ment déve­lop­pée en tant que produit marke­ting à partir d’une source qui me reste encore incon­nue. Le cas 1 est plus complexe, la qualité de l’étude n’est justi­fiée par aucune étape de recherche : elle semble tomber du ciel. C’est d’au­tant plus étrange qu’elle est de grande qualité, de tels portraits ne devraient pas pouvoir être déve­lop­pés sans énor­mé­ment de travail d’in­ves­ti­ga­tion et d’es­sai/erreur. La géné­ra­tion spon­ta­née ne me convient pas comme justi­fi­ca­tion pour attri­buer un auteur à cette nomen­cla­ture, j’ai besoin d’autres indices, d’his­toires vécues, d’un mobile.

On a ici une bonne illus­tra­tion de « l’es­prit de chapelle ». Chaque étude parle de la même chose, tout en semblant igno­rer l’exis­tence de tout autre étude sur cette chose. Mais, comme les nomen­cla­tures sont systé­ma­tique­ment diffé­rente, même au prix de bizar­re­ries, on peut se dire qu’en fait ces études se connaissent fort bien les unes les autres puisqu’elles ont si bien su éviter de se marcher sur les pieds.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *