Yi-King – Octades

Tout ceci est déclaré lisi­ble­ment dans le Yi-King, sans être montré aussi expli­ci­te­ment et dans cet ordre. C’est la limite à partir de laquelle les penseurs chinois ont commencé à privi­lé­gier l’as­si­gna­tion poétique libre à l’ana­lo­gique rigou­reuse, qui sera tout à fait claire lors du passage de l’oc­tade de types (le trigramme) à la typo­lo­gie à 64 types (l’hexa­gramme).

Dans cette repré­sen­ta­tion, l’ordre de fabri­ca­tion des trigrammes est correct, et même booléen, si l’on se réfère au fait que selon la norme chinoise du Yi-King, le trigramme et l’hexa­gramme se lisent du bas en haut.

Par contre l’as­so­cia­tion des trigrammes aux éléments éten­dus pose problème si l’on pense pouvoir les réfé­rer à l’ordre natu­rel des quatre éléments. Voici ce qui se passe si l’on affiche à côté du trigramme, l’élé­ment et son ordre que je consi­dére comme correct :

le ciel 6
le lac 4
le feu 8
le tonnerre 2
le vent 5
l’eau 3
la montagne 7
la terre 1

Ce que nous voyons ici, c’est une harmo­nie dans les termes qui n’ap­pa­raît pas dans notre repré­sen­ta­tion. Les oppo­sés sont compo­sés entre eux de façon méta­pho­rique selon de grands couples clas­siques : ciel et terre ; lac et montagne ; feu et eau et enfin tonnerre et vent. Seule­ment, cette poétique n’est pas perti­nente, elle est rappor­tée et a influencé l’en­semble d’une manière inco­hé­rente, alors même que l’in­ver­sion entre feu et eau avait déjà corrompu la recherche. Ces diffi­cul­tés qu’ont rencon­tré les penseurs chinois expliquent sans doute le choix de voca­bu­laire parfois étrange que sont par exemple « le tonnerre » et « la montagne », qu’ils ont adopté pour étendre à huit les quatre éléments.

Cet écart a commandé le saut dans le poétique. La repré­sen­ta­tion dite du ba-gua est suppo­sée être bien plus tardive que le Yi-King. Je suppose dans ce cas qu’elle ne fait que répe­ter un choix d’as­so­cia­tions effec­tué bien avant.

Le feu
Feu
La montagne
Yang
Le ciel
Air
Le vent
Tao
Le lac
Eau
L’eau
Yin
Le tonnerre
Terre
La terre
☲ Li
☶ Gen
☰ Qian
☴ Xun
☱ Dui
☵ Kan
☳ Zhen
☷ Kun
Lumi­neux
En repos
Fort
Péné­trant
Joyeux
Dange­reux
En mouve­ment
Soumis, aban­donné
Le feu
La montagne
Le ciel
Le vent
Le lac
L’eau
Le tonnerre
La terre
Ce qui adhère, ce qui s’at­tache
L’im­mo­bi­li­sa­tion
Le créa­teur
Le doux
Le joyeux, le serein
L’in­son­dable, l’abîme
L’éveilleur
Le récep­tif
Le feu
La montagne
Le ciel
Le vent
Le lac
L’eau
Le tonnerre
La terre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *