Acte de langage

Perfor­ma­tif
Cons­ta­tif
Pres­crip­tif
Descrip­tif

Toute­fois, il n’existe selon Searle que deux façons essen­tielles d’en­vi­sa­ger les rapports qu’un énoncé peut entre­te­nir avec le monde :

« Il appar­tient au but illo­cu­toire de certaines illo­cu­tions de rendre les mots conformes au monde, tandis que d’autres ont pour but illo­cu­toire de rendre le monde conforme aux mots. »

L’al­ter­na­tive est donc simple. Soit l’énoncé vise à « dire vrai » au sujet du monde, auquel cas ce qu’il dit doit être conforme au monde. Soit l’énoncé vise à « rendre vrai » un état du monde, auquel cas le monde devra, si l’acte de parole est réussi, se confor­mer à ce qui est dit. Searle distingue ainsi des « direc­tions d’ajus­te­ment » du langage au monde qu’il repé­rera égale­ment dans son analyse du rapport de l’es­prit au monde.
John Searle – Wiki­pé­dia

Rendre vrai
Dire vrai
Rendre le monde conforme aux mots
Rendre les mots conformes au monde
Le langage fait
Le langage signi­fie
Action
Code
Narra­tives
Méta­phores

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *